MENARD Cédric - DIETETICIEN-NUTRITIONNISTE - Diplomé d'ETAT

MENARD Cédric - DIETETICIEN-NUTRITIONNISTE - Diplomé d'ETAT

L'INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE
(les mots écris et soulignés en vert sont des liens,
qui vous permettent d'en savoir plus sur les mots en question)



 L'insuffisance rénale peut être qualifiée de insuffisance rénale aiguë ou de insuffisance rénale chronique, je ne traite dans mon travail que de l'insuffisance rénale chronique, bien que les règles diététiques soient très similaires pour les deux formes d'insuffisances rénales.

 L'insuffisance rénale chronique correspond à la réduction permanente du débit de filtration glomérulaire rénale, elle signe la présence d'une néphropathie chronique diffuse touchant un rein ou les deux et entraînant la réduction progressive mais définitive du nombre de néphrons fonctionnels, le néphron constitue l'unité fonctionnelle du rein et chaque rein est composé d'environ 1 million de néphrons (se sont les néphrons qui filtrent le sang et qui éliminent dans le bassinet les déchets évacués dans les urines, donc plus de néphron = plus de filtration !). Le stade ultime de l'insuffisance rénale chronique est la mort rénale : le malade ne peut être maintenu en vie que grâce à une greffe rénale.

 Les reins ne fonctionnent jamais, en temps normal à plein régime, seuls 1/4 des néphrons sont utilisés, puis, lorsque pour de multiples raisons (néphropathie chronique, glomérulonéphrites chroniques, diabètes, lupus érythémateux disséminé, amylose, purpura, néphropathies interstitielles chroniques, néphrites ascendantes, hypercalcémie, oxalose, polykystose rénale, hypertension maligne, néphropathies héréditaires rares, toxiques divers...), les reins sont obligés d'augmenter le nombre de néphrons fonctionnels, l'insuffisance rénale apparaît dès lors que 75 % de ces néphrons ne sont plus utilisables, il s'en suit alors une apparition des signes cliniques de l'insuffisance rénale.

 Le degré d'insuffisance rénale chronique est apprécié en étudiant la clairance à la créatinine, la valeur normale étant comprise entre 1,7 et 2,3 mL/seconde ou supérieure ou égale à 120 mL/minute, plus la clairance à la créatinine baisse, et plus l'insuffisance rénale est sévère, elle est considérée comme terminale (donc nécessité d'implantation rénale) dès lors que celle-ci atteint une valeur inférieure à 0,16 mL/seconde.

 La diététique joue un rôle fondamental dans l'insuffisance rénale, et ce, à tous les stades de son évolution, le/la patient(e) insuffisant(e) rénal(e) doit absolument contrôler ses apports alimentaires en sodium, potassium, protéines, eau ; en effet, des mesures diététiques bien appliquées et bien suivies permettent de prolonger les fonctionnement du rein lésé et donc de retarder au maximum le stade de mort rénal inéluctable en cas d'insuffisance rénale chronique.