MENARD Cédric - DIETETICIEN-NUTRITIONNISTE - Diplomé d'ETAT

MENARD Cédric - DIETETICIEN-NUTRITIONNISTE - Diplomé d'ETAT
 
LA RECTOCOLITE HEMORRAGIQUE
(Les mots écris et soulignés en vert sont des liens,
qui vous permettent d'en savoir plus sur les mots en question)

 
 La rectocolite hémorragique est une maladie intestinale inflammatoire chronique idiopathique (sa "cousine" : la maladie de Crohn), qui se caractérise par des périodes de poussées inflammatoires touchant exclusivement le côlon et le rectum, l'anus est généralement sain, entrecoupées de périodes de rémissions, les deux périodes : poussées et remissions sont totalement imprévisibles. Ces affections cryptogéniques n'ont aucune tendance spontanée à la guérison et évoluent souvent vers des complications nécessitant une intervention chirurgicale.

 Bien que l'étiologie de la rectocolite hémorragique soit inconnue, il est vraisemblable qu'elle soit multifactorielle : prédisposition génétique, rôle de certains agents infectieux, rôle de certains mécanismes immunitaires.

 La rectocolite hémorragique apparaît généralement chez les gens de 20 à 50 ans, elle touche les deux sexes dans des proportions identiques, il semblerait que le tabac diminue les risque d'apparition de la maladie ! Des facteurs alimentaires responsables de la maladie n'ont jamais pu être mis en évidence.

 Le traitement est d'abords diététique et médical (cortisone par voie orale pendant les périodes de poussées) puis chirurgicales en cas d'échec ou de complications.

 Les signes cliniques : douleurs abdominales, diarrhées plus ou moins intenses, sanglantes, syndrome dysentériquerectorragie... Associées le plus souvent à de la fièvre, anorexie, asthénie, les complications à redouter sont les colectasies, perforations et hémorragies massives, faisant intervenir en urgence la chirurgie.

 La  
rectocolite hémorragique est fréquemment difficile à distinguer de le maladie de Crohn purement colique, tellement les signes cliniques et paracliniques sont semblables, il est même, dans certain cas, impossible des les distinguer chez certains patients, dans 15 à 30% des cas, après 15 ans d'évolution : cancers colorectaux possibles.

 En cas de rectocolite hémorragique, les lésions sont homogènes, continues et superficielles, la muqueuse est congestive, parfois ulcérée, celles-ci n'intéressent que la muqueuse.

 La diététique intervient pendant les périodes de poussées inflammatoires, en dehors des poussées et après traitement chirurgical, il n'existe pas de traitement curatif de la rectocolite hémorragique.